mon auberge polonaise

Publié le par Pauline du Chayla

Our flat in Canaletta’s street

 

Bon on ne peut pas dire que ce soit vraiment l’auberge polonaise ici, c’est quand même plus ordonné et on est moins nombreux mais on retrouve tout de même certains traits de l’auberge espagnole ! C’est un appartement dans lequel on se sent chez soi, même si l’on vient à peine de franchir le seuil de la porte… La preuve, le jour de mon arrivée j’ai même eu le droit à une belle banderole de bienvenue ! Dans chaque pièce, on retrouve la trace des anciens volontaires qui ont habité ici seulement quelques mois ou bien une année entière. Depuis 2001, les volontaires se succèdent les uns après les autres, et vivent en colocation ; ils partagent leurs joies et leurs difficultés, ils échangent leurs rêves et leurs envies, leurs désirs et leurs problèmes… Dans le salon-salle à manger, il y a une grande carte de l’Europe sur laquelle chaque volontaire a épinglé un petit drapeau à l’endroit d’où il vient, avec son prénom et sa ville. La décoration est assez hétéroclite, il y a vraiment de tout puisque chacun a récolté des affiches, fabriqué une poupée, peint ou dessiné quelque chose ! D’ailleurs, je suis sûre que si les murs de cet appartement pouvaient parler, ils pourraient raconter beaucoup d’histoires. De fait, si vous vous asseyez à cette table en vous concentrant fortement, vous pourrez entendrez les murs murmurer ces multiples anecdotes qui ont ponctué la vie des volontaires depuis le début… 

 Comment peindre cette atmosphère internationale inimitable qui démontre que des jeunes venus de partout tentent de construire leur vie loin de chez eux, en partageant presque tout pendant plusieurs mois de leur vie ?  L’une a apporté des chansons françaises de son enfance, l’autre tente justement de déchiffrer cette langue étrangère pour elle pendant que la troisième essaye de lui traduire dans un anglais hésitant ! Juste à côté, la dernière s’évertue à trouver les paroles de son prochain chant en improvisant différentes mélodies à la guitare ! Les soirées dans notre appart sont aussi synonymes de bonnes odeurs culinaires lorsque chacun prépare un plat différent et que l’on peut goûter à tous… Chacun est riche de ses différences, et la curiosité et l’ouverture d’esprit sont deux qualités indispensables à tout volontaire !

Les volontaires sont finalement tous dans la même galère, plus ou moins obligés d’apprendre cette langue si bizarre et si pleine de mystère, chargée d’histoire et en même temps si moderne. Alors on les voit souvent sortir de leur poche leur petit dictionnaire, pour d’abord trouver les mots en anglais qui leur permettront de s’exprimer, et pour ensuite apprendre l’équivalent polonais. Chaque fois que l’on apprend un nouveau mot, on est tellement fier qu’on veut immédiatement partager ce savoir avec les autres ! C’est ainsi que l’on voit une solidarité soudaine, sans faille et à toute épreuve qui se crée spontanément entre nous. Toutes les langues se mélangent alors et des mots polonais surgissent au milieu de la conversation, comme des liens entre les différentes nationalités.

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

La Volonté 03/10/2005 23:47

Vive les volontaires !!! Quel bel exemple pour notre Europe ! (écoute, solidarité, curiosité, ouverture d'esprit) Ecoutes bien alors, peut etre que tu entenderas LA (TA) SOLUTION entre ces murs ...